> Quartier Le Nôtre à Clamart

Quartier Le Nôtre à Clamart

Avec une architecture néoclassique de qualité, un projet environnemental et paysager affirmé, à la lisière de la forêt de Meudon et dans la perspective de la terrasse de Le Nôtre retrouvée, le projet Le Nôtre marque la renaissance du quartier.

Depuis la route de la Porte de Trivaux (espaces publics non contractuels) @ DAUDRE-VIGNIER & ASSOCIES
L'histoire
Le projet
Le programme
Nos missions
L'équipe projet

Histoire de la terrasse André Le Nôtre

Vue prise de la “Loggia” montrant la grande perspective du château vers 1685 – Source : Gravure de Israël Sylvestre

Au milieu du XVIIe siècle, Louis XIV demande à André Le Nôtre de réhabiliter le jardin du château de Meudon laissé à l’abandon et de réaliser une œuvre unique. La terrasse longue de 2 400 mètres demanda une forte main d’œuvre pour les travaux de terrassement qui durèrent environ 3 ans de 1669 à 1672. On y retrouve les éléments de composition majeurs des jardins à la française : parterres, bassins, un grand axe et surtout une échappée vers un horizon lointain. Le jardinier joue comme à son habitude avec la topographie naturelle des sites sur lesquels il travaille pour créer des surprises aux futurs visiteurs.

 

 

 


Histoire du site de l’opération Le Nôtre

Carte d’état-major 1820-1824 – Source : carte Géoportail

Cette carte d’état-major de 1820-1824 indique que la limite communale entre Clamart et Meudon où s’inscrit le site de l’opération d’aménagement Le Nôtre se situait dans l’axe de la fameuse perspective entre le château de Meudon et le lieu-dit « Le Belvédère » à la croisée des voies reliant le bourg de Meudon à Clamart.Le triangle formant l’actuel site du « Pavé Blanc » est très lisible entre la voie reliant La Porte de Trivaux à la ferme éponyme et l’allée de la perspective.

 

 

 

 

 

 

Photo aérienne 1950 – Source : carte Géoportail

Cette vue aérienne de 1950 dévoile l’axe de la route du Pavé Blanc, mais aussi le tapis vert de la perspective de la Terrasse Le Nôtre qui s’arrête au « Belvédère », au croisement des routes et chemins… Les longs bâtiments de la ferme de Trivaux sont encore présents, ainsi que le bâti de la Porte de Trivaux. Quelques maisons se sont également implantées sur le site de l’actuel Pavé Blanc. À l’est de la route du Pavé Blanc, les grandes parcelles demeurent, avec sur certaines, le maillage des cultures maraîchères. La culture des petits pois de Clamart. Dans les années 50, l’architecte-urbaniste Robert Auzelle (1913-1983) a mené un projet paysager architectural, ambitieux et paysager au sein du bois de Clamart à l’est du projet : le cimetière intercommunal de Clamart aujourd’hui inscrit comme site protégé.

 

 

 

 

Photo aérienne 2014 – Source : carte Géoportail

Des cartes anciennes, il ne reste que le tracé viaire* et la forêt de Meudon. L’urbanisation des années 60/70 s’est implantée de part et d’autre de l’avenue de Villacoublay et sur la rive aval de la rue de la Porte Trivaux.Le site « Pavé Blanc » apparaît avec ses barres et ses tours orientées perpendiculairement à la place Georges Pompidou avec son mail rectiligne.Les terres agricoles à l’est sont devenues le bois de Clamart et un triangle au sud a laissé la place à un lotissement pavillonnaire.

*qui a trait à la voie publique

 

Les actualités associées au projet